Dog school images

L'élevage d'un chien

L'arrivée d'un chiot dans une famille est toujours un événement très attendu même en l'absence de jeunes enfants et même si ce n'est pas la première fois qu'elle fait l'expérience de la vie avec un chien.

L'âge idéal

L'âge idéal pour amener chez soi un chiot se situe entre deux et trois mois. A partir de la quatrième semaine, c'est-à-dire au moment où les fonctions « psychomotrices » du chiot se mettent en œuvre, le contact avec les frères et les instructions maternelles sont des facteurs clés. C'est la phase « d'imprinting » au cours de laquelle tous les rapports sociaux, positifs ou négatifs, laissent une marque indélébile sur le caractère du chien. Voilà pourquoi il est opportun que le sujet, dans cette phase délicate, reste dans un environnement connu et équilibré, qu'il fasse connaissance avec le monde qui l'entoure en dehors de tout traumatisme, en compagnie de ses frères et en référence à sa mère.

C'est aussi la période au cours de laquelle il doit apprendre à tisser des relations avec l'homme à travers la (ou les) personne(s) qu'il a vue(s) à partir du moment où ses yeux ont commencé à voir quelque chose. Il doit trouver sa place au sein d'une hiérarchie comme celle qu'il instaure avec ses frères sur la base de l'évolution des différents caractères.

Le fait de couper trop vite un chiot de son environnement revient à le priver de la possibilité d'apprendre ces choses, ce qui risque de se traduire par des troubles graves du comportement qui réapparaîtront un peu plus tard et poseront des problèmes à l'âge adulte.

Il importe que le chiot, à son arrivée dans une nouvelle maison, trouve immédiatement les éléments qui le sécurisent — niche, bouillie et jouets — mais surtout, qu'il ne se sente pas isolé. Il n'a encore jamais été seul et il lui faudra un peu de temps pour qu'il s'habitue à passer quelques heures de la journée sans aucune compagnie. Cependant, son maître, qui devra devenir sa référence et son chef, devra à tout prix éviter qu'il se sente abandonné tandis qu'ils apprennent tous deux à se connaître et à se faire confiance.

Evidemment, à la base d'une croissance correcte, il y a toujours une alimentation correcte. De nos jours, il est impensable de nourrir un chien avec les restes de nos repas comme on le faisait autrefois.

Grâce à la publicité vue à la télévision et dans les journaux, grâce aussi à la grande diffusion des revues spécialisées circulant dans les milieux cynophiles, nous savons tous qu'il existe toutes sortes d'aliments pour chiens. La croissance d'un chiot de race de grande taille exige une alimentation soignée et très équilibrée, recommandée par l'éleveur ou le vétérinaire.

Un chiot de deux ou trois mois a besoin d'au moins quatre repas par jour. Ces repas doivent être riches en substances nutritives, mais pas trop lourds, de manière à faciliter la digestion et l'assimilation. Vous ne pourrez donc pas donner de grandes quantités de pain sec à votre chien sous prétexte que vous n'avez pas eu le temps de penser à son repas.

Une alimentation comportant des carences pose de graves problèmes de croissance chez les chiens de grande taille comme le Labrador. Or plus ces problèmes apparaissent rapidement, plus il sera difficile de les résoudre.

Dans le même temps, il ne suffit pas, pour élever un chiot, de le nourrir correctement ni de l'éduquer au jeu et aux règles de la cohabitation avec l'homme. Il faut aussi s'occuper de sa santé et de son hygiène.

Le vétérinaire de confiance se chargera ainsi de prévoir un calendrier des vaccinations adéquat sur la base des interventions prophylactiques auxquelles le chiot aura été soumis avant son achat. Les examens des selles sont très utiles pour découvrir les vers susceptibles de vivre en parasites dans l'intestin de notre ami et d'avoir une influence négative sur sa croissance. Dans certains cas, il peut être utile de procéder également à des bilans sanguins pour identifier d'éventuels déséquilibres en matière de calcium et de phosphore risquant d'entraîner une croissance anormale des os (rachitisme).